l'école

 

fidélité et innovation

Le premier objectif de l'école est de proposer une pratique du mouvement régénérateur dans sa forme originelle, telle qu'édictée par Haruchika Noguchi, en évitant les dérives de l'induction semi-consciente, de l'amplification ou de la simulation dans lesquelles il est si facile de tomber...

Cette fidélité inflexible à l'enseignement de Noguchi n'empêche pas l'émergence d'innovations tels ces sons et paroles dans une "langue inconnue" qui sortent spontanément de la bouche de Denis Emonet pendant les séances et dont l'effet se révèle particulièrement puissant.

La troisième particularité de l'école est de mettre l'accent sur ce qui se passe entre les séances, à travers une réflexion sur la notion de  "non-faire" dans la vie quotidienne.

Au niveau physique, il s'agit d'apprendre à respecter les réactions de l'organisme, sans se mettre en danger pour autant. Ce n'est pas toujours évident, car la frontière entre ce qui peut se réguler seul et ce qui nécessite une intervention extérieure n'est pas toujours facile à déterminer. Une réflexion sur le sujet fait partie intégrante du travail proposé durant les stages.

Au niveau psychique, la volonté étant déconnectée pendant les séances, l'action auto-régulatrice de l'organisme peut s'y exercer librement. Mais, entre les séances, le conscient reprend sa place et l'on risque, si l'on n'y prend garde, de contrecarrer ce travail libérateur. Ce peut être en s'accrochant à ce qui rassure et conforte (habitudes, image de soi, idées, valeurs, principes, etc...) ou en s'adonnant à des pratiques qui, dans bien des cas, ne font que fixer encore un peu plus cet ego qu'elles cherchent à effacer.

Le "non-faire" au niveau psychique est une notion extrêmement délicate mais fondamentale. C'est un sujet central des exposés et discussions.

 

 

 
retour page d'accueil